Entre praticiens et chercheurs

Accueil du site > L’ENSEIGNANT, un être en relation > II. Témoignages de praticiens > II.2. la relation école-famille > Impliquer l’élève dans la relation école-famille

Impliquer l’élève dans la relation école-famille

par Anne-Françoise Deville

mardi 8 mai 2007, par Sandrine Biemar

Témoignage de pratique : comment faire venir à l’école des parents d’élèves en difficulté scolaire.

Description du cas

Les enseignants de 2ème professionnelle sont déçus : comme à chaque fois, peu de familles sont venues à la réunion de parents ! La titulaire est encore restée avec plus de la moitié des bulletins. Et pourtant, ces élèves auraient bien besoin que leurs parents les suivent un peu plus sur le plan scolaire, principalement pour le travail à réaliser à la maison !

Quel est le problème qui se pose à la titulaire ?

Comment faire venir à l’école les parents de ces élèves en grande difficulté d’apprentissage et/ou de comportement parfois ? Comment leur faire dépasser leur à priori négatif de l’école ?

Analyse de l’enseignant.

Si ces parents ne viennent pas à l’école, c’est peut-être parce qu’ils en ont gardé un mauvais souvenir ou qu’ils n’osent pas venir.

Action mise en place par l’enseignant.

Il décide d’en parler en salle des professeurs lorsque la psychologue, serait présente car il veut trouver un moyen d’attirer les parents à l’école. C’est alors qu’une idée géniale a commencé à germer !

Analyse en groupe.

Comment faire participer les parents aux réunions ? Comment les amener à s’impliquer dans la scolarité de leur enfant ? Comment les amener à vaincre leurs à priori négatifs ? Ne devrait-on pas trouver un autre objet à la rencontre avec les parents que la remise du bulletin où ils savent qu’ils vont entendre des choses négatives sur leur enfant ?

Deuxième formulation du problème.

Quelle activité développer pour faire venir les parents des élèves de deuxième professionnelle (ou de tous autres élèves en difficulté) à l’école ? Quelle activité développer pour amorcer le dialogue avec les parents qu’on ne voit jamais aux réunions ?

Actions mises en place.

Les élèves de deuxième professionnelle suivaient chaque semaine une séance d’animation « Clés pour l’adolescence ». La psychologue, l’assistante sociale, un éducateur, la titulaire et les professeurs libres à ce moment animaient ces séances. Des animations parallèles avec les parents sont conseillées avec des thématiques portant sur le difficile passage à l’adolescence. Une équipe composée d’enseignants volontaires, de la psychologue et de l’assistante sociale décide, avec l’accord de la direction, de « se lancer » et d’organiser une séance de « Clés pour l’adolescence » destinée aux parents. De plus, cette équipe décide d’associer les jeunes à ce projet : ce sont les enfants qui, aux cours d’éducation artistique et de français, dessinent et rédigent les cartons d’invitation. Le thème retenu a été « La crise d’adolescence ». L’animation a eu lieu le soir, après dix-neuf heures, dans une ambiance très conviviale, très détendue. Une garderie et des jeux avaient été organisés pour les moments de l’animation réservés exclusivement aux adultes. Pratiquement tous les parents étaient présents. Les enseignants et la direction participaient à cet échange animé par les représentants du CPMS. Tous sont repartis satisfaits : la crise d’adolescence est un passage que vivent la plupart des familles. Certaines mamans ont pu exprimer les difficultés qu’elles rencontraient et entendre les solutions que d’autres parents qui avaient vécu une situation semblable avaient données. À aucun moment, il n’a été question des difficultés d’apprentissage et des résultats scolaires des jeunes. Une ébauche de relation parents-école est née.

Les effets.

Les jeunes ont été valorisés : invitation, accueil de leurs parents, organisation d’activités pour occuper les petits pendant la réunion...

Les parents ont demandé d’autres rencontres de ce type. Par la suite, la plupart d’entre eux ont participé aux réunions qui concernaient les résultats scolaires de leur enfant. Une relation différente était née...

PS : L’organisation d’une telle rencontre nécessite de la disponibilité, un travail d’équipe important, un sens de l’écoute et du dialogue. Elle permet aux parents de construire un autre rapport à l’école.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette